Les surspécialités

La psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

Afin de répondre aux exigences du Collège royal, les activités du programme de surspécialisation en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent sont structurées autour de stages qui répondent aux normes d’agrément du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, d’une journée académique, le tout bonifié par l’intégration des résidents en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent aux nombreux séminaires qui se tiennent dans les hôpitaux du réseau de l’Université de Montréal.  Concernant ce dernier aspect de la formation, le comité de programme de surspécialisation en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent encourage les résidents en surspécialité à jouer le rôle de coresponsable de séminaires qui sont destinés aux résidents juniors effectuant leur stage obligatoire en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, mais aussi aux psychiatres qui pratiquent dans ces milieux.

L’organisation du programme pédagogique tient compte aussi des activités académiques qui sont offertes durant la dernière année de la résidence en psychiatrie générale.  Par exemple un séminaire de préparation aux examens ECOS existe à l’Université de Montréal et les résidents du programme de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent participeront à ce séminaire durant le R5.  Un volet sur la psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent est intégré dans ce séminaire qui se poursuivra durant l’année R6.

Le comité de programme favorise la tenue de séminaires obligatoires, auxquels tous les résidents de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent devront participer au cours de la première et de la deuxième année de formation. Ces séminaires présenteront les grandes lignes des approches psychothérapeutiques, des pathologies complexes, des approches pharmacologiques. Un de ces séminaires est constitué de cours mis en ligne et que les résidents pourront consulter à leur convenance, particulièrement en vue de la préparation à l’examen de surspécialité.

En plus des séminaires obligatoires, il est attendu que les résidents suivent sur une base longitudinale, soit cinq cas complexes (traitement à long terme de patients atteints de troubles sévères et persistants comme la psychose ou les troubles de l’alimentation) au minimum de deux patients/familles selon les modalités psychothérapeutiques suivantes : TCC, thérapie systémique, intervention de groupe.  Quant à l’enseignement entourant l’intervention de crise, en plus d’un cours académique, les expériences de la garde serviront de base aux apprentissages des compétences pertinentes.

La gérontopsychiatrie

Dans les dernières années, le comité de division a vu à la réorganisation, au développement et au suivi des stages en gérontopsychiatrie du programme de psychiatrie. Des membres du comité participent activement aux formations sur les nouveaux stages CanMEDS et les occasions propices à l’apprentissage (OPA). Nous avons conçu deux examens STACER pour tous les résidents 3, selon les dernières exigences du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. De nouveaux stages pour les résidents séniors ont été élaborés dans le cadre du programme de surspécialité (neurologie, gériatrie, troubles du mouvement, troubles du sommeil, neuro-imagerie, clinique de la cognition, consultation-liaison en gérontopsychiatrie, gestion et enseignement en gérontopsychiatrie).

Le programme d’enseignement formel pour les résidents 3 a également été révisé et reçoit des évaluations positives chaque année. Nous avons formulé une nouvelle offre de formation pour les résidents séniors dans le cadre du programme de surspécialité (cours théorique et pratique de neuromodulation-ECT, séminaire d’éthique et aspects médicolégaux en gérontopsychiatrie, club de lecture en gérontopsychiatrie par visioconférence).

Une structure de mentorat pour les résidents se destinant à la gérontopsychiatrie a été mise sur pied et les résidents 3 en psychiatrie sont rencontrés annuellement par les directeurs de division et de programme.

La psychiatrie légale

Date limite pour déposer son dossier de candidature pour la surspécialité :
15 septembre de chaque année

Pour en savoir davantage, communiquez avec

Dre Jocelyne Brault
Directrice du programme de surspécialité de psychiatrie légale
Institut Philippe-Pinel de Montréal

Tél. : 514 648-8461, poste 558
Fax : 514 881-3706

Le curriculum, les procédures, les objectifs, les évaluations et la structure du programme se fondent sur les critères CanMEDS. Nous avons réussi à mettre en place une offre de formation attrayante pour des futurs résidents 6. Les stages se dérouleront, pour la majorité de l’année de formation, à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal. Avec la collaboration de dirigeants à Shawinigan et à l’Université de Laval, nos résidents 6 pourront choisir également des stages à ces sites, pour un maximum de trois ou quatre mois.

 


×